Compagnie C’est quoi le texte ?

Sommaire

Infos utiles

Adresse : Grenoble

E-mail : cestquoiletexte@gmail.com

Téléphone : 0658884608

L’interview

Propos de Candice LELEU. recueillis par Johan RIVOIRE en 2024

Peux-tu me donner quatre mots qui te représentent au sein de la compagnie ?

Un moteur. Créative dans le sens qui propose des idées. En lien, parce que c’est une aventure humaine. Et tu m’as dit quatre, donc le quatrième, ce serait challenge parce qu’on essaye des choses nouvelles pour nous, et j’aime bien ça.

cie c'est quoi le texte ?

Peux-tu me donner quatre mots qui représentent la compagnie ?

Pétillante. Petite et costaud parce qu’on est trois, mais qu’on se bouge bien pour ce qu’on a envie de montrer sur scène. À la fois pour que ce soit de qualité, et à la fois pour que ça puisse être diffusé. Complice, parce qu’on rigole bien ensemble.

Est-ce que tu peux me faire un bref historique de la compagnie ?

La compagnie a été créée avant le covid. Au départ, on a commencé à pas mal travailler sur des techniques pour monter un spectacle long form qu’on a appelé « La Victoire des perdants », avec l’idée d’être sur scène non-stop. On souhaitait quelque chose de très flexible, et qui repose beaucoup sur la capacité des comédiens : gérer l’histoire et le rythme de A à Z. On a pas mal bossé pendant la période creuse du covid. Ensuite, il y a une deuxième phase. On a commencé à tourner, notamment à la Comédie de Grenoble. Puis, pour toujours évoluer, on a cherché d’autres manières de faire un spectacle.O a mis en pause « La Victoire des perdants » et on en a créé un autre, « Top Couple », une parodie de télé-réalité orientée autour de l’amour. À l’issue top couple, on a eu envie de se recentrer, de lâcher la télé-réalité, parce qu’on s’est rendu compte que on s’y retrouvait moins que dans le premier spectacle. Et c’est là où on en est, aujourd’hui, à trois, avec Johan, Julie et moi, Candice. Avec tout le bagage qu’on a grâce aux entraînements autour de ces deux spectacles, on se sent plus solides maintenant, de faire le spectacle « La Victoire des perdants » avec deux personnes sur scène. Quel que soit le casting, on a beaucoup d’envie d’aller là dedans. Maintenant, on met l’accent plus fort sur la diffusion du spectacle, avec tout ce qu’on a compris et qui pourrait nous permettre de jouer dans les festivals, d’aller plus loin…

cie c'est quoi le texte ?

Peux-tu me citer le spectacle qui représente le plus la compagnie ?

Et bien clairement, c’est « La Victoire des perdants », qui est maintenant devenu « DESTIN ». Ça représente bien la compagnie parce que c’est un challenge dingue pour les comédiens. Il y a deux comédiens non-stop sur scène qui font à la fois des moments de complicité avec le public ou entre eux pour gérer tous les aléas, font avancer l’histoire, du visuel, des péripéties… C’est un spectacle qui est vraiment tourné sur ce qui va se passer. Et on va le gérer comme on peut, mais on va le gérer ensemble et on va bien se marrer avec ça. Cette zone de chaos, ça parle bien de nous et de comment on accepte de se lancer sans filet.

Pour le spectacle. La philosophie de la compagnie, c’est plutôt :

1) Un Jouons pour le public. Il faut leur donner ce qu’ils veulent, si on veut des spectateurs.
2) Jouons pour nous. Priorité à nos envies artistiques et tant pis si ça ne plaît pas à tout le
monde.
3) La vie est faite de compromis. Notre spectacle sera un mélange des deux.

cie c'est quoi le texte ?

Pour le spectacle, la philosophie de la compagnie, c’est jouer pour le public, jouer pour nous et nos envies artistiques. Notre spectacle est un mélange des deux.
Je pense que justement, tout le chemin qu’on a fait depuis le début de C’est quoi le texte, c’est de trouver où situer notre curseur là-dedans. Et ce qui est bon, c’est que je pense qu’on a trouvé comment être pleinement dans ce que nous, on a envie de faire. Et on se rend compte que ça plaît au public. On a trouvé la zone de rencontre entre nous et le public.

cie c'est quoi le texte ?

Si la compagnie pouvait jouer à Bercy devant 5000 spectateurs et avec un budget illimité, que feriez vous ?

C’est dingue ! Déjà, avec une régie lumière assez dingue, je pense qu’on pourrait s’amuser beaucou. Je sais pas ce que veulent les autres, mais moi ce qui me ferait rêver, c’est d’avoir un des musiciens sur scène. Allez, si on a un budget illimité, je veux bien un chœur pour, de manière un peu décalée, s’amuser à mettre une espèce de tension lyrique, dramatique… sur des moments un peu décalés. Genre « Oh mon dieu, la machine à café ne marche pas ! », et le chœur gospel qui réagit. Voilà. Ce serait fou et il faudrait s’entourer de pleins de gens pour que ça se passe bien et que ce soit à la hauteur des gens qui viennent à Bercy. Je suis preneuse.

Peux tu finir ces phrases brièvement?

Une bonne improvisation, c’est.

Aller là où ça fait peur. Avec beaucoup d’enthousiasme.

Une mauvaise improvisation, c’est

des recettes.

Le milieu de l’improvisation dans l’agglomération grenobloise, c’est.

C’est riche, c’est dense, c’est beaucoup d’énergie, beaucoup de gens qui ont aussi des valeurs autour de l’écoute, de rire ensemble. Je trouve ça assez beau ce qui se fait à Grenoble.

La compagnie C’est quoi le texte dans le milieu de l’improvisation. C’est

Une compagnie avec des gens qui sont présents sur d’autres projets qui en soi sont connus. Une compagnie qui va être amenée à être plus connue demain et qui est un spectacle qui est vraiment spécifique et qui est sans doute très abouti. A mon sens.

cie c'est quoi le texte ?

Quel est le meilleur souvenir que tu as avec ta compagnie ?

On est deux. J’ai un bon souvenir de l’époque du Covid où on s’entrainait à l’Ecole des gens. On était en recherche et il y avait des choses hyper drôles qui sortaient. On faisait des entraînements à trois et c’est pas facile de s’entraîner à trois. Ça, c’est mon premier souvenir. Et en particulier, je me souviens d’une impro avec des vampires, qui était assez marrante. Et mon deuxième souvenir, c’est il n’y a pas si longtemps, quand on était on a joué en faisant une captation en même temps. Il y a eu un moment de complicité qui sont ceux que j’aime beaucoup, de décrochage où toi, Johan, tu étais persuadée de jouer une adolescente. On était dans un avion, moi j’étais persuadée que tu étais mon mari. Et ce moment un peu étrange où tu me dis : « mais pourquoi tu m’appelles Élodie ? » Je sais pas, je trouve ça drôle. C’est de la complicité, c’est exactement ce que j’aime vivre et on se dit mais on va où là ?? Et en même temps c’est très drôle. Et le public, je pense qu’il vit ce truc là avec beaucoup d’empathie et de joie.

compagnie Activisere

Quel est le pire souvenir que tu as avec la compagnie?

Quand il y a des moments où on a galéré à remplir à Michel Musique. Je me souviens d’un spectacle qui était bon mais qui était inconfortable à jouer parce qu’il n’y avait pas beaucoup de gens dans la salle. Et malgré tout, on a fait le job et je pense que ça nous a aidés pour la suite.

Quelqu’un te contacte pour intégrer la partie professionnelle de ta compagnie. La réponse serait plutôt :

1) Avec plaisir. Tout le monde est la bienvenue.
2) Pourquoi pas, mais viens faire quelques séances d’essai et on te donnera une réponse.
3) Oui, mais uniquement si tu as déjà trois ans d’expérience
4) Désolé, c’est complet.

C’est sans doute plus près du « Désolée c’est complet ». Nous, on est une formation fermée dans le sens où on fonctionne comme on est. Après, je pense que ma réponse ce serait plutôt « attends, on va en parler avec Johan et Julie pour voir où ils en sont du projet et on verra ». Mais moi, a priori, il me semble que c’est plutôt un groupe qui est fermé aujourd’hui à l’entrée de nouveaux membres.

Si tu pouvais améliorer une seule chose dans la compagnie, laquelle choisirais-tu et pourquoi?

En fait, les différentes choses que je veux améliorer, c’est des choses sur lesquelles on travaille en ce moment : continuer à jouer plus pour acquérir de l’expérience et travailler sur nos supports de diffusion. Donc là, on a une affiche qui est en train d’être travaillée, on a notre vidéo de présentation qui est en train de finir et la maquette est chouette. Donc, toutes ces choses là, c’est ce qui est important pour moi, pour qu’on joue des choses supers et qu’on joue plus. C’est en cours.

Si tous les improvisateurs de Grenoble et de l’agglomération lisaient ton interview, que souhaiterais-tu leur dire?

Déjà bonjour, parce que probablement vous êtes quelqu’un que je connais, parce qu’on est un petit monde et que c’est agréable aussi. Et ensuite ? Euh, sans doute un encouragement à continuer, chacun dans son style, dans ses projets, à sa manière. Il y a des choses très variées, très punchy, qui sont ouvertes à plein de gens qui débutent ou qui sont là depuis plus longtemps. Il y a des choses plus fermées, comme notre groupe par exemple, qui font des choses peut-être plus de niche, et je trouve ça riche qu’il y ait tout ça à Grenoble. Donc un encouragement à développer son style, à continuer les expériences, à continuer à brasser ensemble dans la communauté et à aller voir aussi autour ce qui se passe.

Merci.